L'Immaculée Conception - Beau-Frêne de 1884 à 2012

15 Octobre 1884

Ouverture du Collège de l’Immaculée-Conception, voulu par des familles paloises, quand la ville de Pau connaissait un grand essor touristique et mondain et manquait cruellement de collège catholique pour des garçons, après la fermeture du Collège Saint-Martin. Le contexte de laïcisation et d’anticléricalisme de la fin du 19ème siècle ne fait que renforcer ce désir des parents.

Le Collège s’installe dans le couvent des Franciscains dont les religieux ont été expulsés.

 

12 octobre 1887

Le Collège déménage dans la propriété appelée Villa Longchamps – ancienne Villa du Comte de Bari, achetée par la Société d’Education Chrétienne.

1ère Guerre mondiale

L’Immaculée-Conception est l’Hôpital Militaire temporaire n° 14 du 3 août 1914 au 17 septembre 1916. Les classes ont lieu à la Villa.

 

Octobre 1937

Ouverture de l’Ecole Supérieure Libre pour le Commerce et l’Industrie, dans le parc de la Villa Beau-Frêne, à Billère. Cette création est due à la volonté de Mgr. Houbaut, nouvel évêque de Bayonne, étonné de ne pas trouver dans son diocèse d’établissement d’enseignement technique catholique. Grâce à l’insistance de son Vicaire Général Mgr. Daguzan, ce collège technique est établi près de Pau plutôt qu’à Bayonne.

 

2ème Guerre mondiale

L’Immaculée-Conception est occupée par les Allemands. Les cours sont maintenus mais les pensionnaires doivent trouver un hébergement ailleurs.

Beau-Frêne est réquisitionné et devient l’Hôpital Militaire Temporaire n° 96 du 24 octobre 1939 au 2 juillet 1940. Certains cours (ateliers) peuvent avoir lieu sur place ; d’autres sont donnés dans des villas de Billère.

 

Rentrée 1960-1961

« Jumelage » de l’Immaculée-Conception et de Beau-Frêne. Le contrat d’association avec l’Etat impose une réorganisation des deux collèges et un emploi plus rationnel des professeurs diplômés. Les classes de premier cycle des deux collèges sont réunies, des professeurs enseignent aussi bien dans une maison que dans l’autre, certains cours sont communs à différentes séries de Terminale. Le prêtre nommé Supérieur doit favoriser l’unité encore fragile de l’ensemble.

 

Rentrée 1968-1969

Accueil à l’Immaculée-Conception des élèves et des professeurs de l’Institution Saint Jean-Baptiste de La Salle, car les classes de transition qui viennent d’y être créées ne peuvent, faute de place, être implantées ni rue de Ségure, ni rue Bourbaki. Ces classes s’installent dans les salles qui donnent sur la galerie au-dessus de la salle des fêtes, avant d’être transférées, avec tout le Collège, à Beau-Frêne en septembre 1971.

 

Rentrée 1971-1972

En raison d’effectifs insuffisants dans les différents seconds cycles des Institutions catholiques paloises au regard du contrat passé avec l’Etat, une nouvelle carte scolaire est nécessaire. Elle aboutit, non sans douleur, à la suppression de l’Institution Bernadette – située boulevard Barbanègre – , à la fermeture des seconds cycles de Saint-Maur et de Sainte Ursule, et au maintien de deux seuls Lycées catholiques : Saint-Dominique pour certaines séries du Baccalauréat, l’Immaculée-Conception Beau-Frêne (ICBF), pour d’autres, sans concurrence. Les deux lycées deviennent mixtes par la force des choses, ce qui demande un temps plus ou moins long d’adaptation de la part des adultes surtout habitués à s’adresser à des garçons.

Dans le même temps, les parents exigent que sur les quatre Collèges catholiques palois on garde un collège uniquement pour les filles (Saint-Maur) et un autre uniquement pour les garçons (l’ICBF). La mixité n’interviendra progressivement dans les deux Collèges qu’une dizaine d’années plus tard.

26 avril 1993

Pendant l’année scolaire 1990-91, l’Ecole Saint-Jean-Baptiste de La Salle est sommée d’abandonner ses locaux pour des raisons de sécurité (termites). Dès que les locaux nécessaires sont construits,, cette Ecole est accueillie à l’Immaculée-Conception sur un terrain proche de la petite Ecole élémentaire de l’Immaculée-Conception Beau-Frêne, avec laquelle elle fusionne. Un nom nouveau est choisi : Saint François d’Assise. Cette fusion permet d’offrir un enseignement du premier degré complet, avec des classes maternelles et élémentaires. Un peu de terre de l’Ecole Saint-Jean Baptiste de la Salle est mêlée à celle de l’ICBF, symbolisant ainsi la fusion.

 

Dans les années 90

La décentralisation, et la responsabilité partiellement transférée aux Départements et aux Régions en matière d’éducation et d’entretien des bâtiments scolaires, permet, dans les années 90, d’obtenir de substantielles subventions pour une rénovation de l’immobilier vieillissant.

Les années 90 voient également l’ouverture de classes de Techniciens Supérieurs, complétant l’offre de formations, ainsi que du Centre de Formation B2F, lequel propose à la fois des enseignements en alternance et des recyclages pour les personnels d’entreprises industrielles du territoire.

 

Rentrée 2012

Accueil à Beau-Frêne des Lycées Professionnels Montpensier et Saint Vincent de Paul. Il devenait nécessaire de regrouper ces deux établissements sur un seul site pour diminuer les charges de fonctionnement tout en disposant de locaux plus fonctionnels.